Karl Toko Ekambi : « J’espère continuer à être décisif »

Le 10.11.2016 à 10h14

Joueurs

Pour une fois, Karl Toko Ekambi n’a pas rejoint sa sélection. Blessé le week-end dernier, il se soigne à la Baumette et a pris le temps pendant cette trêve, de revenir sur des premières sensations sous le maillot noir et blanc du SCO…

Karl, avec ta passe décisive face à Lille, tu es désormais impliqué sur 4 buts cette saison, ce sont des statistiques significatives, sont-elles importantes pour toi ?
« Ce qui est important, avant tout, c’est le temps de jeu et l’entente avec mes partenaires… Après, j’ai eu l’habitude d’avoir des statistiques sur ces deux dernières années, c’est sans doute cela qui m’a permis d’arriver ici, à Angers. Je pense que je peux encore faire mieux et j’espère continuer à être décisif. »

 

« Le but face à Dijon ? Sans doute, le plus beau que j’ai mis depuis que je joue au foot ! »

 

Cette saison de stat’ a commencé de la plus belle des manières avec un but fantastique face à Dijon… peux-tu nous en parler ?
« Je reçois la balle de Thomas sur le côté gauche, je fixe le défenseur, je repique et je frappe. La balle part en lucarne…  J’ai vécu ce but comme un soulagement parce que c’était le premier pour moi et c’était celui qui scellait notre première victoire après un début de saison compliqué, c’était un moment fort. C’est aussi, sans doute, le plus beau but que j’ai mis depuis que je joue au foot et c’est arrivé en Ligue 1, il restera forcément gravé dans ma mémoire. »

Tu parlais de l’importance de l’entente avec tes partenaires… Et ça marche plutôt bien sur le côté gauche avec Yoann Andreu et Thomas Mangani, comment avez-vous trouvé vos automatismes ?
« Je dirais que cela s’est débloqué après les premiers matchs de championnat dans lesquels ça ne marchait pas trop bien collectivement. On a su faire les petits réglages à l’entraînement, on a insisté et au final on s’entend super bien aujourd’hui. On avait des incompréhensions par rapport aux décalages par exemple et maintenant on se trouve les yeux fermés ».

 

« Je sais très bien comment Famara se déplace et comment il aime recevoir les ballons. Ça me facilite les choses»

 

On remarque également une belle entente avec Famara…
« Famara, je le connais depuis longtemps, depuis Sochaux. Et malgré le fait qu’on ne jouait plus ensemble, on a toujours gardé le contact. C’est un ami... Sur le terrain, c’est le buteur et moi j’ai pour objectif de lui donner le maximum de passes décisives parce que c’est une statistique que je n’ai pas habituellement. Comme on s’entend vraiment bien, je pense que je peux m’améliorer dans ce domaine en lui donnant des buts parce que je sais très bien comment il se déplace et comment il aime recevoir les ballons. Ça me facilite les choses. »

Et comment s’est passée ton intégration dans le groupe ?
« Franchement, facile. Quand on est arrivé, il y avait pas mal de nouveaux joueurs que j’avais affrontés, donc je les connaissais un peu… Et surtout c’est un groupe facile à vivre, ce n’est pas compliqué de s’y adapter. On l’a vu avec Jamel ou Mehdi, ils sont arrivés le dernier jour du mercato mais on a l’impression qu’ils sont là depuis plus longtemps que cela. »

 

« On doit quelque chose aux supporters parce que ce soutien nous fait du bien, ça nous motive »

 

Tu découvres également le public angevin, quelles ont été tes premières impressions à Jean Bouin ?
« Les supporters sont très importants pour nous parce que depuis le début de saison, dans tous les matchs, que ça se passe bien ou moins bien, ils sont toujours derrière nous. Ils applaudissent tout le temps. Même quand on perdait au début, ils nous encourageaient. On leur doit quelque chose parce que ce soutien nous fait du bien, ça nous motive, surtout en fin de match. Je tiens à les remercier ainsi que tous ceux que l’on voit au centre d’entraînement, tout le monde est très agréable avec nous, ça fait vraiment plaisir ! »

Le 10.11.2016 à 10h14

Joueurs