Karl Toko Ekambi : «Je me suis remis en mode commando»

Le 17.02.2017 à 10h12

Joueurs

Champion d’Afrique avec le Cameroun, Karl Toko Ekambi revient sur cette performance qu’il n’entend savourer qu’une fois l’objectif du SCO atteint !

Karl, on va d’abord te demander de te remémorer les derniers instants de cette finale, Vincent Aboubakar vient de marquer (88ème). Que se passe-t-il dans ta tête à ce moment précis ?
« On se regarde tous et on commence à se rendre compte que l’on a réussi à le faire... En partant du Cameroun, beaucoup étaient sceptiques et nous attendaient de retour avant les quarts. À partir du moment où on a passé ce stade de la compétition, on s’est dit qu’on pouvait aller au bout. À ce moment précis, on entend le coup de sifflet final, on était très heureux. »

Tu as réalisé tout de suite ?
« Personnellement, je crois que j’ai réalisé 10 minutes après la fin du match. On était en train de fêter et là, avec quelques amis de l’équipe, on s’est réunis et on s’est vraiment dit que c’était fait, qu’on était Champions d’Afrique. Quand on a vu le podium arriver, on a réalisé que c’était le cas, qu’on était vraiment champions, que ça allait rester à vie et que c’était quelque chose de grand ! »

 

« Je crois que j’ai réalisé 10 minutes après la fin du match »

 

On remonte un peu dans le temps, qu’as-tu ressenti au moment de disputer tes premières minutes en CAN ?
« Honnêtement, cela n’a pas changé beaucoup de choses. À chaque fois que je joue en sélection, il y  a la même émotion de représenter son pays et il fallait se donner à fond, courir. J’étais dans la compétition, je ne me suis pas posé de questions ».

Dans ton parcours, tu as affronté deux de tes potes, Cheikh et Famara. Comment s’est passée cette opposition ?
« On en a parlé avant le match. Pendant, on ne s’est pas croisés. Dans ces compétitions-là, toutes les équipes sont des adversaires, même si Famara et Cheikh sont mes amis. Et après la rencontre, on s’est retrouvé ensemble tous les trois, on a parlé, rigolé, normalement. »

 

« Voir la joie de tout le monde, de tout âge, c’était une fierté pour nous ! »

 

Comment avez-vous vécu collectivement cette finale au scénario incroyable pour vous ?
« On a beaucoup douté en première mi-temps et à partir de la seconde et du but de Nicolas Nkoulou, on s’est dit qu’on allait le faire. On avait une force mentale, on était très soudés et match après match, on se disait qu’on pouvait y arriver. Surtout, on savait qu’on n’allait pas avoir de regrets parce que passer les quarts était le premier objectif. On n’avait donc rien à perdre, c’est ce qui nous a permis d’aller jusqu’au bout je pense. On avait plus de pression. »

Et comment s’est passé le retour au Cameroun ?
« C’était un moment fort parce que je n’avais jamais vu le pays comme ça. Avant de partir, on ne nous parlait pas forcément bien, et le fait de voir le changement, la joie de tout le monde, de tout âge, c’était une fierté pour nous. Ça a été une fierté pour nous de remettre le Cameroun à sa place. »

 

« J’aurai le temps de savourer quand je serai en vacances et que l’on aura atteint notre objectif ! »

 

On imagine que tu as aussi fêté ce titre avec tes proches ?
« Avec mes proches c’était fort parce que ma famille est très attachée au Cameroun, mon père y vit toujours. J’ai donc d’abord partagé cette victoire avec ma famille au pays avant de le faire ici en France en rentrant chez ma mère. Je pense même qu’ils ont été plus heureux que moi pour ce titre, mais c’est une fierté de les avoir rendus heureux ! »

Tu es donc de retour à Angers, dans quel état d’esprit es-tu ?
« Après la finale, je suis rapidement passé à autre chose, j’ai tourné cette page parce que je fonctionne ainsi. Aujourd’hui je me suis remis en mode commando pour les 3-4 prochains mois. J’ai gagné la CAN mais je n’ai pas trop eu le temps d’y penser parce qu’il a vite fallu basculer sur le championnat. J’ai une autre mission en tête avec le SCO, celle de la Can est terminée, j’aurai le temps de savourer quand je serai en vacances et que l’on aura atteint notre objectif ! »

Le 17.02.2017 à 10h12

Joueurs