Ismaël Traoré : « Impatients de commencer »

Le 06.08.2017 à 09h16

Club

Porteur du brassard cette saison, Ismaël Traoré est le premier Scoïste à prendre la parole avant la rencontre inaugurale de la saison 2017-18. Et le roc angevin a prévenu, cette année encore, le SCO se battra jusqu’au bout et à chaque match… Parole de Capitaine !

Ismaël, la première question concerne évidemment ton brassard que tu arboreras cette saison. Qu’est-ce que cela représente pour toi ?
« C’est d’abord une immense fierté mais je ne me focalise pas là-dessus. Je suis heureux de l’avoir mais ça ne va rien changer pour moi. Je continuerai à bosser et à tout faire pour apporter ce que je sais faire à l’équipe. J’étais vice-capitaine l’année dernière et le coach m’a donné le brassard cette année, ça s’est fait tout seul. Je pense que s’il m’a nommé capitaine, c’est parce que je corresponds à ses attentes. »

Quel est ton état d’esprit ?
« Je pense qu’on n’a pas de craintes. On est impatients de commencer ce championnat. Je pense qu’on a bien travaillé pendant un mois et on a hâte de le montrer sur le terrain. »

 

« Au Portugal, on a montré qu’on avait du caractère »

 

Quelles sont vos ambitions ?
« Le championnat n’a pas encore commencé mais nous de notre côté, on bosse et on veut tout faire pour exister dans cette Ligue 1. Et surtout, on veut y rester. On va se battre jusqu’à la fin du championnat pour faire le meilleur classement possible. »

Et où situes-tu ce SCO version 2017-18 ?
« C’est difficile de le dire maintenant… On a fait un stage au Portugal qui nous a rassurés parce qu’on a joué contre deux belles équipes et on a réussi à tenir les matchs. On a montré qu’on avait du caractère. On en aura besoin cette saison. Sur les autres rencontres amicales en France, ça s’est bien passé aussi. On retrouve le Angers SCO de l’année dernière et c’est bien de garder une bonne dynamique sachant qu’on a perdu deux joueurs importants. »

 

« Il faut qu’on garde toujours notre ligne de conduite »

 

Pour combler les départs, il y a eu des arrivées. Quel est ton rôle avec les cadres pour faciliter l’intégration ?

« On parle beaucoup mais plus pour les mettre à l’aise, qu’ils jouent leur football et ne se posent pas de questions. Ici on est dans un groupe qui est sain. On sait qu’on ne va pas tout faire bien mais il faut qu’on garde toujours notre ligne de conduite en s’encourageant et en voulant progresser ensemble.

Quels sont tes favoris pour la saison ?
« Il y a Monaco et Paris qui sont les deux grosses équipes du championnat. Quand on joue contre leurs joueurs, on se rend compte que ce sont des joueurs qui ont peu de déchet et que c’est un autre niveau. On sait qu’on peut réussir à rivaliser mais collectivement. Quand tout le monde tire dans le même sens, a les mêmes envies, respecte les valeurs du club et les consignes du coach, on l’a vu par le passé qu’on est capables de contrer ce genre d’équipes. Elles nous forcent à progresser pour s’en sortir dans ces matchs-là. »

 

« Si on reste concentré sur tout ce qu’on a travaillé, on aura notre carte à jouer »

 

As-tu regardé les matchs européens de Bordeaux, votre premier adversaire ?
« J’avais regardé le match aller. Bordeaux est une équipe qui est solide offensivement mais elle a aussi ses défauts, comme toutes les équipes. A nous d’essayer d’en profiter pour essayer de les embêter durant le match. »

Les Girondins vous ont plutôt bien réussi dernièrement, ça compte ?
« Non parce que toutes les saisons, on repart à zéro. On va s’appuyer sur ce qu’on a pu travailler pendant l’été. On va surtout essayer de jouer notre jeu, de ne pas trop s’occuper de l’adversaire. Et on sait que si on reste concentré sur tout ce qu’on a travaillé, on aura notre carte à jouer. »

Le 06.08.2017 à 09h16

Club