Abdel Bouhazama : « On a tous hâte de reprendre »

Le 19.08.2017 à 12h02

Association

Alors que ses protégés débuteront leur saison en fin d'après-midi, Abdel Bouhazama prend la aprole pour évoquer la préparation des jeunes pousses angevines et l'exercice 2017-18/

Abdel, à quelques heures de la reprise pour la réserve, on imagine qu’il y a une certaine impatience de reprendre, non ?
« On a tous hâte de reprendre. On sort d’une phase de préparation qu’on a débutée le 17 juillet. Sauf pour 3 garçons qui ont repris avec les pros. Nathan Vitré, Anthony Payet et Nicolas Stojanovic. Avec Stéphane, on a d’ailleurs l’opportunité d’incorporer des jeunes à sa demande. Cela leur permet de toucher à ce qui se fait de mieux chez nous. Pour ce qui est de la reprise avec les autres collectifs, comme chaque année, on a présenté les nouveaux, en leur faisant découvrir avec leurs parents, leur lieu de vie. On leur a expliqué notre philosophie de jeu et les valeurs du club.  Des arrivées, il y en a eu 15, pour 15 départs sur toutes les équipes, National 3, U19 et U17. On a renouvelé notre effectif en essayant d’apporter de la jeunesse. »

« Sur cette préparation, il y a des motifs de satisfaction sur le plan collectif ! »

Et comment s’est déroulée cette préparation ?
« La phase des matchs amicaux a été assez intéressante mais rien de remplace la compétition. On reprend ce week-end en National 3 face à La Flèche. Les U19 partent au tournoi prestigieux de Carisport.  Une opportunité d’ailleurs pour eux de sortir du cadre de La Baumette. Cette compétition leur permet également de renforcer l’état d’esprit et la solidarité. Les 17 ans ont, eux, gagné un tournoi local dans lequel étaient présents, Caen, Laval et Rennes. C’était une bonne chose de pouvoir se jauger face à ces centres de formation. Donc, sur cette préparation, il y a des motifs de satisfaction sur le plan collectif ! »

Comment avez-vous abordé l’avant-saison ?
« On a essayé d’innover pour casser les habitudes, notamment pour les joueurs qui sont présents depuis 3 ans maintenant. Avec Simon Petrizzelli et Jérémy Colon, on a changé certaines choses, comme une course d’orientation, des jeux en binômes. On a aussi l’objectif de faire un Laser Game et un Bowling. On veut par ces moyens créer une vie de groupe. Pour ce qui est du terrain, on a eu une grosse charge physique pour les joueurs, beaucoup de ballons et on a également pu réaliser nos tests médicaux au CHU d’Angers, que je remercie par ailleurs, grâce à une convention. On progresse dans notre technique de formation, c’est intéressant parce que l’objectif est de tendre vers un travail qui se rapproche de celui des professionnels. »

« On a essayé d’innover pour casser les habitudes »

Cette saison, quelques modifications dans l’organigramme. Peux-tu nous parler notamment du nouvel entraîneur des U19, Denis Arnaud ?
« Denis Arnaud était présent avec nous la saison dernière (en soutien d’Olivier Auriac chez les U17, ndlr) après que Patrice Sauvaget ait rejoint les pros. On avait besoin d’un éducateur diplômé et Denis Arnaud est sorti des différents entretiens qu’on a pu avoir. Il a fait l’unanimité parce qu’il se rapprochait de notre état d’esprit. Et ce qui était aussi intéressant c’est qu’il amenait une autre vision des choses sur le plan mental et de l’entraînement. C’est un ancien joueur pro, un éducateur qui a de la proximité avec les jeunes, qui connaît bien notre club. La décision a été prise avec la direction de le placer à la tête des U19 Nationaux. Olivier Auriac, qui va passer ses diplômes s’occupe désormais des U17 Elite. C’est une catégorie qui offre plus de flexibilité par rapport aux obligations de sa formation. C’est une très bonne chose parce que l’on va avoir beaucoup d’entraîneurs diplômés. Et Laurent Viaud reprend les U17 Nationaux. Ce qui est bien aujourd’hui, c’est que nous sommes dans le partage entre éducateurs et chacun peut donner son avis et faire naître des échanges pour que nos jeunes progressent. »

« La décision a été prise avec la direction de placer Denis Arnaud à la tête des U19 Nationaux »

Comment abordez-vous cette nouvelle saison ?
« Le niveau de nos pros s’est élevé et aujourd’hui on se rend compte qu’en termes de compétences éducateurs, on a ce qu’il faut. On est sur notre quatrième année. Et ce sur quoi on veut continuer à progresser, c’est sur la détection de jeunes talents avec peut-être un peu plus de joueurs internationaux en équipes jeunes. Nicolas Pépé est un produit issu du centre de formation. C’est l’enfant d’Angers SCO. Il a été repéré par l’un de nos recruteurs et ensuite il y a eu un travail de fond de la part de tous nos éducateurs, puis du staff. Sa vente a apporté de la lumière sur le club et sa formation. ça montre également à nos jeunes que la porte est ouverte. »

Dernier point, comment travaillez-vous sur l’un des piliers du SCO, qui sont ses valeurs ?
« Tout le monde au club contribue à ce que nos jeunes grandissent bien. On évolue comme une famille et on accompagne au mieux nos joueurs en dehors du foot, notamment grâce aux partenariats avec nos établissements scolaires. On a d’ailleurs eu 90% de réussite cette année au Baccalauréat. Et on a des retours également des parents qui louent le travail qui est fait par tout le monde. Je prendrai l’exemple d’une maman qui nous avait dit « Il fait bon vivre chez vous et je trouve mon enfant épanoui ». Ça fait chaud au cœur de l’entendre. »

Le 19.08.2017 à 12h02

Association