Stéphane Moulin : « Un point qui récompense l’abnégation »

Le 14.01.2018 à 20h19

Matchs

Stéphane Moulin est revenu, après la rencontre sur la très belle performance de ses troupes au Groupama Stadium… Et aussi sur la petite surprise tactique qu’il avait réservée à Nabil Fekir.

Coach, que représente pour vous ce point pris à Lyon ?
« Pour nous, c’est un très bon point. On avait envie de venir faire quelque chose ici mais ça aurait été un manque d’humilité d’imaginer qu’on allait le faire sans souffrir. On a réussi dans notre entreprise. Je trouve qu’on a fait une première mi-temps très cohérente. Évidemment, sans avoir la maîtrise du ballon parce qu’on savait qu’on aurait beaucoup d’efforts à fournir sur le plan défensif. On a ressorti quelques bons ballons qui nous ont permis d’être dangereux. En seconde, on a qu’une seule occasion de but, qui est véritable mais après on a subi. On a senti que les Lyonnais avaient à cœur de ne pas en rester là. Ils ont haussé le ton, leur niveau et le rythme. Et ensuite on a défendu, sans avoir trop de possibilités de ressortir des ballons. Mais je pense que cela vient plus de leur fait que du notre.

Vous êtes récompensé comptablement des efforts consentis sur le terrain…

« Oui, c’est un point qui nous fait plaisir et qui récompense aussi l’abnégation. C’était encore une fois très difficile, on a même fini à 10. Je voulais féliciter mes joueurs parce qu’ils ont été au bout d’eux-mêmes. Ils se sont surpassés pour ramener ce point face à une équipe qui nous était très largement supérieur. Mais le football est ainsi fait, ce n’est pas toujours le meilleur qui gagne. »

« Le football est ainsi fait, ce n’est pas toujours le meilleur qui gagne »

Vous l’évoquiez plus tôt, cette seconde période, comment l’avez-vous vécue ?
« En deuxième mi-temps, c’était plus difficile avec la pression et la qualité individuelle des joueurs de l’OL. On a réussi à museler Nabil Fekir pratiquement tout le match, mais les grands joueurs trouvent toujours la solution. On avait décidé de faire un marquage individuel sur lui. Je pense que ça l’a embêté parce qu’il n’en a pas l’habitude. Et les joueurs talentueux n’aiment pas qu’on s’occupe d’eux de manière individuelle, avec ceci dit beaucoup de fair-play. L’idée, c’était de le retarder dans ses choix et dans l’influence qu’il peut avoir sur l’équipe. Il a réussi à trouver la faille, ça montre que c’est un sacré grand joueur. »

Il fallait que Baptiste soit sur le qui-vive !
« Le danger de cette option, c’est qu’à tout moment, il est capable d’éliminer son adversaire direct. Il l’a fait une fois et ça a suffi pour qu’il puisse marquer. Je considère malgré ça que l’on a diminué l’influence qu’il pouvait avoir sur le jeu lyonnais. »

« Mon idée, c’était de faire un 10 contre 10 »

Et tactiquement, comment décrieriez-vous votre système ?
« En fait, on a joué avec un attaquant et deux lignes de quatre. Mon idée, c’était de faire un 10 contre 10 avec un joueur consacré à une tâche très très obscure mais tellement importante. On n’a jamais fait ça. Notre objectif, quand on est d’un niveau inférieur, c’est d’essayer par tous les moyens licites de diminuer cette différence qui peut exister au départ. J’estimais que c’en était un. »

On imagine que vous quittez donc Lyon avec de la satisfaction
« Quand on s’appelle Angers et que l’on vient jouer à Lyon et qui est l’une des meilleures équipes françaises aujourd’hui, on ne peut être que satisfait de ce résultat, ou alors ça voudrait dire qu’on manque beaucoup d’humilité. Pour nous, ça s’apparente à un exploit car notre objectif de la saison est diamétralement opposé des Lyonnais. »

Le 14.01.2018 à 20h19

Matchs